La musique berbère, avec son héritage unique et ses rythmes, trouve une audience grandissante au Maghreb comme à l'étranger. Sabri Aouni a choisi ce style comme spécialité, comme un petit nombre d'artistes.

Sabri Aouni est un jeune musicien tunisien qui s'est éloigné du courant dominant, fouillant dans la musique berbère d'origine maghrébine. Aouni, dont la popularité n'a cessé de croître depuis qu'il a chanté "Berberiyat" en Tunisie et en Libye, évoque son art avec Magharebia.

Magharebia: Pourquoi avez-vous choisi la musique berbère en particulier ?

Le terme "Amazigh" fait peur au gouvernement tunisien. Aujourd’hui j’ai envie de parler… depuis trois jours je lis et je relis l’article et il y a quelque chose qui me blesse, qui me trompe… Les imazighen en Tunisie, ou bien les berberes en Tunisie : souvenir du passé, fond lybico-berbere, un écho loin qu’on retrouve seulement dans les belles poteries de Jerba, dans les dessins des tapis traditionnels, dans les bijoux, dans les fouilles archéologiques ; ça se vend bien, ça aide le tourisme, mais malheureusement il ne reste que ça. Voilà la plus énorme des mensonges !

Stéphane ARRAMI

Pages

S'abonner à Flux de la page d'accueil